RDC Gouvernance militaire par la haine

Alors que l’hashtag Rwandaiskilling (Le Rwanda est en train de tuer) est largement diffusé dans la twittosphère congolaise, les messages haineux qui font rage dans les réseaux sociaux ne sont pas sans rappeler la propagande de la Radio-télévision des Mille Collines avant et pendant le génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda.

Il y en a qui rêvent de porter la guerre à Kigali, dont le pays a été désigné comme agresseur de la République démocratique du Congo (RDC) dans la session de vendredi dernier du Conseil supérieur de la Défense (CSD) : « On va juste accompagner les FDLR jusqu’à Kigali pour qu’elles reprennent leur pays. Comme ça nous allons faire du Rwanda notre Ukraine et ces Tutsis vont disparaître de cette planète ». Un climat émotionnel propice au discours négationniste. L’œuvre intitulée Ces tueurs Tutsi du journaliste camerounais Charles Onana est exhibée avec fierté par une animatrice bien connue des médias locaux.

D’autres activistes de la toile sont animés par la quête obsessionnelle de l’ « ennemi de l’intérieur » : « Avez-vous remarqué l’attitude des compatriotes fluctuants de suite de l’agression rwandaise au Congo? Ils ont deux pieds au Congo mais le cœur et l’âme se trouvent à Kigali ».

Edifiés par la gestion informationnelle du conflit en Ukraine par la presse occidentale, moult se lancent dans la guerre communicationnelle contre le Rwanda et le M23, catalogué ce dernier comme « groupe terroriste » par le gouvernement de la RDC et considéré une milice supplétive de Kigali.

« Face à cette nouvelle agression rwandaise qui menace l’existence de notre peuple, nous nous engageons à ne pas diffuser la propagande de l’ennemi. Comme ceux qui sont au front, nous sommes également des soldats de notre peuple, munis de nos plumes comme arme, et de la vérité comme balle », écrit Litsani Choukran, directeur général du support online Politico.cd et proche de la famille du chef de l’Etat Félix Tshisekedi. Pétri de rhétorique guerrière, l’appel à la censure est maintes fois relayé, comme ici : « Aux journalistes congolais qui passent tout leur temps à diffuser les infos du M23/Rwanda d’arrêter…Vous devenez un canal par lequel leurs messages passent alors que vous savez très bien la force des medias. L’Union Européenne a interdit la diffusion des infos pro-russe. Soyez patriotes ! ».

Du virtuel, la mobilisation « patriotique » veut déferler dans la rue. Une manifestation a été convoquée à la Gare centrale de Kinshasa cet après-midi et peu importe que ses promoteurs ont lancé leurs mots d’ordres depuis Bruxelles ou Paris…

Un flop diplomatique

En effet, les conclusions du CSD, tout comme les déclarations du général de brigade Sylvain Ekenge Bumusa, porte-parole du gouverneur du Nord-Kivu, le général Constant Ndima, et porte-parole adjoint de l’Armée (FARDC) (« Tous les propos des officiels rwandais à Kigali constituent un faux-fuyant pour distraire l’opinion. Nous savons qu’ils mentent. Ils savent qu’ils mentent. Ils savent que nous savons qu’ils mentent »), ou celles du chef d’Etat-major des FARDC, le général Célestin Mbala (« Les populations du Nord-Kivu et de l’Ituri sont combattues par les M23 et les ADF, les ennemis de notre pays »), s’inscrivent dans un cadre de guerre communicationnelle, sans conséquences particulières sur les plans diplomatique et militaire.

Car, aucun organisme international, ni les NU, ni l’UE ou l’UA, ou régional (CIRGL, SADC, EAC) s’est associé aux autorités congolaises pour reconnaitre le Rwanda comme Etat agresseur de la RDC

Pour les faucons des FARDC, il s’agit davantage de mobiliser les esprits, d’embrigader les populations, de faire diversion sur les massacres de Beni, la ville-martyre du Grand-Nord du Nord-Kivu, où les tueries ne cessent pas depuis octobre 2014. La dernière a eu lieu à Bulongo, dans le secteur du Ruwenzori, où 14 personnes ont été tuées la nuit du 29 à ce 30 mai. Aux bons souvenirs du général Ekenge, qu’en mai avait déclaré : « Les gens dorment sans problème, le territoire de Beni est pratiquement sécurisé ».

Pour cela, il s’agit surtout de faire oublier les affirmations récentes du président Tshisekedi, qui a pointé du doigt l’armée pour ses implications dans ces crimes. Ce qui par ailleurs, a été reconnu par nombreux rapports des NU, de chercheurs et d’analystes indépendants.

Pourtant, le peuple est invité à soutenir cette armée qui tue ses fils. Et qui va bénéficier d’un considérable effort budgétaire, a annoncé le ministre de la Défense, pendant que primes et frais de missions de la Présidence, des ministres et des députés sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.   

Sur le plan international, une réunion spéciale du Conseil de sécurité (CSNU) sur la situation en RDC est prévue pour demain et une visite d’une délégation de l’Union africaine (UA) à Kinshasa aura lieu en semaine. Cette dernière pourra peut-être visionner la fameuse vidéo des deux soldats rwandais capturés par les FARDC, qui en font elles-mêmes la preuve essentielle de l’agression portée par Kigali en territoire congolais.

Sauf que ceux qui maitrisent le kinyarwanda pourront saisir dans les déclarations de ces deux militaires les nuances de la langue attestant qu’au moment de leur accident, les deux se trouvaient bien du côté rwandais de la frontière…   

Quoi qu’il en soit, lorsque les politiques de la haine dominent dans une gouvernance qui à l’heure actuelle est assurée en RDC par un noyau bien organisé d’officiers extrémistes  adeptes des méthodes de manipulation et d’extermination des civils propres des doctrines contre-insurrectionnelles, peu d’espoirs restent pour la paix.

Dans le dernier communiqué du M23, lancé dimanche 29, on lit : « Il n’y a donc aucune illusion à se faire sur la possibilité d’un règlement pacifique de la crise d’autant plus que ceux qui sont aux affaires actuellement viennent de l’ancienne diaspora qui distillait à longueur de journées des idéologies de haine et de xénophobie ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.