Pourparlers et bruits de bottes : y a-t-il un capitaine dans le bateau ?

Pendant  que les pourparlers de Nairobi (Kenya) entre le gouvernement congolais et les groupes armés de l’Est de la RDC stagnent, les initiatives parallèles qui se multiplient ne laissent pas bien espérer sur la solution positive d’une crise qui dure depuis presque trente ans, avec un cortège de dizaines de milliers de victimes.

Trois délégations sont arrivées hier à Goma avec à la tête l’ambassadeur du Kenya en RDC, Georges Masefu, Serge Tshibangu, mandaté par le président Tshisekedi pour les consultations dans la capitale kenyane et l’officier de la MONUSCO Jacob Mugeni, qui représente la communauté internationale.

Si l’on ne comprend pas l’attitude du chef de l’Etat congolais dans la promotion d’une initiative qui se superpose à des colloques de paix dont il demeure l’un des acteurs principaux, on la comprend encore moins lorsqu’on assiste à des préparatifs de guerre de la part d’une armée dont il est censée être le commandant suprême.

De surcroît cette armée, les FARDC, s’organisent dans l’imminence d’une offensive contre le M23 avec les groupes armés qu’elle serait censée combattre dans le cadre de l’état de siège proclamé en Ituri et au Nord-Kivu en mai 2021. Des alliances par ailleurs contre nature et récemment condamnées par le même Tshisekedi… dont on se demande quel genre de contrôle exerce-t-il sur l’appareil sécuritaire !

Quoi qu’il soit, la formalisation de ces alliances est de facto la confirmation de l’implication des FARDC dans les atrocités des groupes armés à l’EST, admise par le même président et confirmée par des témoignages récents. Un vrai syndicat du crime auquel l’ONU, et le DPKO dirigé par la France en particulier, s’associe sans broncher.  

 «Malgré leur condamnation par le Chef de l’Etat, les alliances Fardc-Groupes armés -FDLR se cristallisent, leurs réunions s’élargissent aux autorités administratives de Rutshuru et les groupes armés formés par les Fardc sont déjà déployés sur la ligne de front contre le M23 », regrette Bertrand Bisimwa, président du M23, dont nous publions ici le communiqué sur ces faits.

MOUVEMENT DU 23 MARS // Communiqué officiel du mouvement

La direction du mouvement informa l’opinion qu’en dépit de la dénonciation et la condamnation par le Chef de l’Etat Son Excellence Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo des alliances entretenues par les FARDC avec les groupes armés, des nouvelles rencontres ont eu lieu entre les FARDC et les groupes armés élargies aux autorités administratives du territoire de Rutshuru et les premiers éléments des groupes armés formés par les FARDC ont été déployé sur la ligne de front ce mercredi 18 mai. Il s’agit de:

1-60 combattants issus du groupe armé Nyatura Abazungu formé à Mpati, habillés en tenues FARDC, embarqués dans les camions de l’armée gouvernementale à Burungu et conduits dans le territoire de Rutshuru où ils ont été déployés à Biruma.

2-Des combattants FDLR appartenant à l’unité du Col. Rurinda ont été déversés dans un bataillon dela 22ème Brigade dirigée par le colonel Mushengezi et dans le 3411 régiment déployé à Rumangabo dirigé par le colonel Omari Amuri Léonard et secondé par le colonel Tokolonga Bendet salomon chargé des opérations et renseignements. C’est à ce régiment que le général-major Chirimwami a confié la mission du recrutement des FDLR.

3-Des combattants FDLR et Mai Mai recrutés notamment à Kirama, Kaumiro et Kinyamuyaga dans la localité de Kibirizi ont été mixés aux unités FARDC.

4-120 combattants des groupes armés APCLS et Nyatura-Domi ont été également acheminés sur la ligne de front et incorporés au sein de l’armée gouvernamentale.

5-Le 16 mai 2022, le colonel Balingene Nyomo Guillaume chargé des opérations et renseignements du 3408 RGT préside une réunion avec le lieutenant-colonel Habyakare, commandant FDLR de l’unité CRAP (Commando Action et Protection) à Biruma en présence de l’Administrateur adjoint du territoire de Rutshuru, le commissaire Dimundu Kiasi Blaise. Il s’agissait de faire une dernière mise à jour des consignes et de la logistique.

6-Le 6 avril 2022 vers 22H, l’Administrateur militaire du territoire de Rutshuru, le colonel Bankole Luc-Albert, charge les armes et munitions à bord de deux jeeps de l’armée et se rend à Biruma à la rencontre du groupe CMC-FDP de Domi. Il leur livre sa cargaison et préside une réunion avec les responsables de ce groupe de 00h jusqu’à 4h du matin.

En ce moment où les alliances entre FARDC et groupes armés transpirent à la place publique et sont condamnées par le chef de l’Etat, l’armée gouvernementale et ses alliés ont décidé de précipiter le lancement de leurs opérations contre le M23 pour tenter d’obtenir des résultats avant toute enquête officielle sur leurs activités.
FAIT à SARAMBWE, le 19 mai 2022 – Le porte-parole de l’ARC / M23 Major Willy Ngoma

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.