RDC / Ituri : Un envoyé… trop spécial !

Quand une « mission de paix » d’anciens seigneurs de guerre est confiée à l’un des organisateurs des massacres de Beni, le pire est peut-être à venir

Publiquement annoncée par Félix Tshisekedi, président de la république démocratique du Congo (RDC), une délégation d’anciens chefs de guerre de l’Ituri est arrivée à Bunia, chef-lieu provincial, le trois juillet dernier. Son mandat : « prêcher la paix » aux miliciens de la CODECO (Coopérative de développement du Congo), responsables depuis bientôt trois ans, d’un cycle de violences contre les civils hema, avec un bilan de plus de mille morts et d’un demi-million de réfugiés à l’heure actuelle.

« Nous sommes des envoyés, des messagers du président de la République, en tant qu’experts négociateurs. Nous venons discuter, négocier avec les groupes armés pour qu’il y ait la paix en Ituri » a déclaré Floribert Ndjabu, ex patron du Front des nationalistes intégrationnistes (FNI), une milice issue de la communauté lendu, comme la CODECO et la plupart des experts négociateurs envoyés par Kinshasa.

Pourtant, on se doit de retenir l’attention sur celui qui a été mandaté de conduire aux bons offices cette « mission de paix » sui generis.

Les cercueils s’alignent aussi en Ituri…

Qui est le général Frank Ntumba ?

Depuis le Palais de la nation, mais plus probablement de Kingakati, la ferme-quartier général de Joseph Kabila, ancien président et actuel homme fort du pays, l’honneur d’assumer cette si délicate tâche d’arrêter la spirale des atrocités en Ituri  est revenu au général François, dit Frank, Bwamwanda Ntumba des Forces armées de la république démocratiques du Congo (FARDC).

Sauf que, à la recherche d’informations sur son compte dans la documentation publique et officieuse, le profil de ce haut-gradé prend une forme au moins inquiétante et qui ne laisse pas bien espérer sur la réussite de la dite « mission ».

On lit par exemple, dans le rapport du Groupe d’études sur le Congo (GEC) « Mass killings in Beni territory : political violence, cover ups and cooptation » de septembre 2017, que « Le colonel Frank Bwamwanda Ntumba du Conseil national de Sécurité (CNS) arriva dans le Grand Nord en juin 2013 comme ‘analyste militaire’ du cabinet du président Kabila… Il opéra dans l’aire d’intervention de la Sukola1 et était en contact avec nombreux acteurs des massacres». On cite, parmi ces « contacts », qui ne peuvent que jeter le trouble, ses relations avec un certain Adrian Loni, aka Muhomoza, aka Mister X, un agent double intégré dans la 31ème Brigade du général Mundos, centre-moteur des massacres de Beni, et chargé d’identifier les filières des groupes armés susceptibles de se faire manipuler et encadrer par le forces spéciales des FARDC afin de créer une fausse rébellion à laquelle on aurait par la suite attribué les tueries. 

Toutefois, ses compétences de l’époque ne s’arrêtent pas à ce travail de renseignements, qui lui fut confié en vertu de ses origines beniciennes.

Migrations hutues, faux témoignages et planification des massacres

On sait aujourd’hui de la complexité de l’architecture des massacres de Beni. Elle reposait aussi sur un mouvement migratoire de populations hutues rwandophones, venant pour la plupart du petit nord du Nord-Kivu. Les membres de celles-ci auraient dû soutenir les groupes armés, dont il était question ci-dessus, pour expulser des terres de leurs communautés les paysans Nande, considérés « non originaires » (1). Or, selon un rapport non publié, réalisé en 2016/17 par le mensuel panafricain Afrique-Asie en collaboration avec l’Agenced’information.com, intitulé « La longue nuit des Hiboux »,  « ces mouvements migratoires ont suivi deux filières principales. L’une, interne, du Petit Nord à Mayangose en passant par Lubero et Beni ; l’autre en direction de Beni et passant par l’Ouganda, via le poste frontière de Bundibugyo. Toutes ces filières ont été organisées en collaboration avec  certains gradés des FARDC comme le Col. Ntumba ».

Selon une autre source proche du dossier, Ntumba, à l’époque colonel, était membre du Conseil national de sécurité (CNS) et dircab adjoint du général Timothée Mukuntu de l’Auditorat militaire, lui aussi du CNS. Ntumba, qui est le beau-frère de Mukuntu, aida ce dernier dans la gestion du procès de Beni pour l’assassinat de Mamadou Ndala en fabriquant les témoignages qui porteront à la condamnation du lieutenant-colonel Samuel Birotsho.

Un document confidentiel de la Monusco, daté 2016 et dont Maelezo Kongo s’est procuré copie, reporte le témoignage suivant d’une autorité de Mayangose, groupement du territoire de Beni : « Au début des massacres, le colonel Ntumba et le général Mundos se rencontrèrent avec Mboguma Kitobi, chef coutumier de Mayangose. Ils lui dirent : ‘Nous avons nos troupes dans la brousse. Nous ne voulons pas que les agriculteurs de ton secteur les voient. Ces militaires sont accompagnés par leurs enfants et doivent accomplir une mission spéciale ici. On te donnera de l’argent et tu demanderas à tes agriculteurs de quitter leurs champs, et tu seras d’accord que nous tuont’ ».

Au su de toutes ses informations concordantes et corroborées aussi par d’autres sources, les doutes sur la « mission de paix » confiée au général Ntumba demeurent plus que légitimes. Allons-nous assister au remake de la tragédie de Beni, où les chefs des milices ethniques ont été manipulés pour en inscrire les agissements meurtriers dans une stratégie concordée à Kinshasa ?  

(1)Un militant d’une Ong des droits humains originaire d’Oïcha précise : « Des chefs coutumiers de Bambuba Kisiki et Mayangose et des hommes politiques de la province ont signé des accords avec les représentants des immigrés parlant kinyarwanda venant du territoire de Bwisha, au Masisi. Selon cette convention, les autorités locales auraient cédé aux immigrés rwandophones, en échange d’argent, une partie des terres du groupement appartenant aux Nande afin d’en expulser ces derniers ». 

Luigi Elongui

2 Commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.